Vendredi 3 décembre, 91e jour.

par | 3 décembre 2021 | Rose, Balai et Prose

Hier matin, j’ai traversé la ville à vélo sous la neige fondante pour passer, comme chaque jeudi, la journée avec Célestin, joyeux délicieux bonhomme qui m’ a choisi pour grand-père.
Nous avons longuement regardé les flocons innombrables tombés du ciel pour disparaître aussitôt après avoir touché le sol. Je ne sais pas qui de lui ou de moi était le plus ébloui par la nuée blanche virevoltante.
On s’est dit beaucoup de mots inconnus, c’était très intéressant.

Nettoyer les rues, c’est plus facile sans flocons.

Particularités du jour : une prise de téléphone et une toute petite chaussure en toile ; aucun pied humain n’y entrerait, ce serait plutôt une garniture de porte-clés.
Combien de clés, et de quels lieux, a-t-elle portées ?
Et la prise, combien de coups de téléphones, et de qui, vers où ?

J’ai très froid aux mains.

La nouvelle phrase du panneau poétique, écrite ce matin dit : « Ceci n’est pas une réponse, ni le début d’autre chose, ni même la fin (Muriel de Borman).

Nettoyer les rues, c’est cela aussi. Ou peut-être quand même une certaine réponse ?

Il est midi, je n’ai encore rien mangé.

Articles similaires

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Lundi 26 décembre, 142e jour

Lundi 26 décembre, 142e jour

« Ça ressemble à une répétition, mais ce n’en est pas une » m’a dit mon maître ce midi. C’est vrai à chaque instant. Et je m’en vais avec ça dans le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire en tant qu'Ambassadrice/eur Propreté de Watermael-Boitsfort

Signaler un ou plusieurs dépôts