Lundi 12 avril, 31e jour

par | 12 avril 2021 | Rose, Balai et Prose

Je me suis réveillé avec une autoroute à dix bandes dans la tête, ça pensait dans tous les sens et dans une belle anarchie, il me fallait remettre un peu d’ordre dans ce joyeux mais encombrant jeu de quilles. Et comme, contrairement aux prévisions, il fait très beau, je n’ai aucune raison de retarder mon départ.

Ce matin, je commence au tram. Sans surprise, je ramasse surtout des sachets de sel (je me dis que si un jour une personne qui n’habite pas la commune me lit, elle cherchera longtemps le lien entre un tram et du sel. Donc, on ne sait jamais, le tram, c’est la friterie)

Je trouve une carte à jouer, je parie : valet de trèfle ; je la retourne, perdu : deux de pique. Je pense bien n’avoir jamais gagné à ce genre de jeux.

Une bouteille en mille morceaux ; je n’ai pas le matériel pour tout ramasser, je laisserai faire les professionnels.

Les arbres encore nus se dessinent merveilleusement sur fond de ciel bleu. Je me souviens qu’à l’automne, c’est l’inverse, les couleurs de novembre se détachent mieux sur un fond gris. C’est pour  ça que j’aime tellement novembre.

– C’est bien ce que vous faites, parce qu’il y a des cochons hein.

– Merci. Il y a surtout des gens qui ne jettent rien.

– C’est vrai.

C’est vrai aussi qu’au printemps, il y a beaucoup plus de fleurs que de déchets. L’autoroute dans ma tête s’est transformée en un petit sentier champêtre :

« Je ne parlerai pas, je ne penserai rien,

Mais l’amour infini me montera dans l’âme,

Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,

Par la nature, heureux – comme avec une femme. »

Rimbaud

Suis-je allé loin ? Au fond, oui.

Articles similaires

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Lundi 26 décembre, 142e jour

Lundi 26 décembre, 142e jour

« Ça ressemble à une répétition, mais ce n’en est pas une » m’a dit mon maître ce midi. C’est vrai à chaque instant. Et je m’en vais avec ça dans le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire en tant qu'Ambassadrice/eur Propreté de Watermael-Boitsfort

Signaler un ou plusieurs dépôts