Lundi 28 juin, 52e jour

par | 28 juin 2021 | Rose, Balai et Prose

C’est l’histoire d’un homme qui sort de chez lui, un sac à la main, et n’ayant rien préconçu.

C’est l’histoire d’un homme qui rencontre d’autres hommes, et de dialogues souriants.

C’est l’histoire d’un homme qui ramasse un vase brisé et le laisse dans une poubelle publique pour ne pas trouer son sac.

Il continue, l’homme, passe par une place toute en herbe. Sur l’herbe, et c’est d’une beauté saisissante, des petits morceaux de ballons de baudruche de toutes les couleurs imaginables. Le vent les a placés à son plaisir. Le vent bien sûr est artiste. N’était la croyance, peut-être erronée que les oiseaux pourraient s’y tromper, il aurait laissé le kaléidoscope en l’état.

Des adolescentes arrêtent leur conversation :

– Pardon monsieur, je peux mettre mon papier dans votre sac.

– Bien sûr. Merci et belle soirée.

– À vous aussi.

C’est l’histoire d’une poubelle au pied d’un immeuble. Elle y est abandonnée depuis plus d’un mois. Alors bien sûr elle s’est remplie. De tout. De grosses pluies ont fait le reste, l’odeur est insupportable. Vidée à moitié, le sac est plein.

À moitié, cela ne se peut pas.

C’est l’histoire d’un homme qui rentre chez lui chercher un autre sac et remonte finir de vider la poubelle.

C’est l’histoire d’une odeur pestilentielle qui s’est installée dans le nez de l’homme. Pour combien de temps ?

Il n’aime pas ça du tout l’homme. Et pourtant, tout le reste de son corps sourit.

C’est l’histoire d’une vie aux variations permanentes. Et d’une joie retrouvée. Rien n’a à voir avec rien.

Je ne dois même pas me dire que j’essaierai de m’en souvenir.

Articles similaires

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Lundi 26 décembre, 142e jour

Lundi 26 décembre, 142e jour

« Ça ressemble à une répétition, mais ce n’en est pas une » m’a dit mon maître ce midi. C’est vrai à chaque instant. Et je m’en vais avec ça dans le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire en tant qu'Ambassadrice/eur Propreté de Watermael-Boitsfort

Signaler un ou plusieurs dépôts