Vendredi 4 juillet, 55e jour

par | 4 juillet 2021 | Rose, Balai et Prose

Je regarde la rue toute propre derrière moi ; c’est bien. Au fond, peu importe demain. Aujourd’hui je poursuis mon travail paisible.

Une salve d’applaudissements ; je ris de toutes mes dents. Puis, un peu plus loin :

– Boitsfort n’est plus comme avant.

Je n’en sais rien ; je n’ai pas mémoire de ces choses. Il se dit qu’on croit ce qu’on voit. Peut-être qu’on voit ce qu’on croit ?

La cité est silencieuse ; malgré la température très douce, presque toutes les fenêtres sont fermées. Malgré ces temps troublés par la pandémie, juillet serait-il redevenu temps de transhumance ? Pour les moutons du bercail, ce l’est depuis le début du printemps, eux qui remplacent les tondeuses pour le bonheur de nos oreilles, des enfants et des plus grands. Ici aussi, Boitsfort n’est plus comme avant.

Une semelle de chaque côté de la rue. Je me fais le film d’un géant à petits pieds (43 ?) qui a fait de la place dans ses chaussures, un pied sur chaque trottoir.

Une maison toute fleurie, une maison qui sourit, et un banc devant. Je m’y arrête un moment pour goûter le temps arrêté entre soleil et nuages.

Juillet est très pluvieux cette année. Le sera-t-il plus que celui de 1992, qui nous a arrosés tous les jours copieusement ?

Ah oui, j’ai joué homme-sandwich aussi, annonçant les activités de l’été dans les cités jardins. Il y en aura pour tous les goûts.

Articles similaires

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Lundi 26 décembre, 142e jour

Lundi 26 décembre, 142e jour

« Ça ressemble à une répétition, mais ce n’en est pas une » m’a dit mon maître ce midi. C’est vrai à chaque instant. Et je m’en vais avec ça dans le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire en tant qu'Ambassadrice/eur Propreté de Watermael-Boitsfort

Signaler un ou plusieurs dépôts