Samedi 5 juin, 47e jour

Le ciel est gris, je pars entre les orages. Je pars au pas de course ; c’est amusant. C’est un peu étrange aussi, sans savoir pourquoi. Mais soit, je joue un jeu un peu différent, juste pour voir : Je cours.

Un sac entier éventré éparpillé. Et moi dans la course. Top, terminé.

Je passe devant l’épicerie participative, j’entends des éclats de rire. Cette épicerie est décidément formidable. Je m’y pose pause un moment. Les mots sont doux.

Et puis plus loin des mercis des mercis des mercis, on me demande mon prénom, mon âge.

Entretemps mon sac s’est alourdi et je marche de plus en plus lentement, et l’évidence que c’est ce rythme-là qui est juste. Tout s’apaise, je prends le temps de tout détailler ; les cent derniers mètres sont délicieux.

Je suis d’accord avec Blaise Cendrars : « Le seul fait d’exister est un véritable bonheur. »

Il paraît que nous étions quelques-uns à nettoyer les rues cet après-midi. C’est bon cette reliance sans se voir.

Il n’y a pas eu d’entre orages. Mais il ne fait pas chaud. Je devrais rentrer au pas de course. Mais à présent, c’est impossible, même sans le sac.

Articles similaires

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Vendredi 20 janvier, 145e jour

Vendredi 20 janvier, 145e jour

« Et j’irai loin, bien loin » chantait Rimbaud (Sensation); plus tard, André Dhôtel, de la même région célébrait le plus près du près, s’enchantant...

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Dimanche 8 janvier, 144e jour

Tandis qu’à l’autre bout de la commune un morceau de sucre reçoit une goutte de poésie, les liserons ont été pourchassés comme il se doit au Chant des...

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Dimanche 1er janvier, 143e jour.

Minuit sous les arbres dansants dans la forêt. Une courte nuit. Et un besoin tôt de voir le monde. Et Le monde change, oui. Et si on ne lit pas les journaux,...

Lundi 26 décembre, 142e jour

Lundi 26 décembre, 142e jour

« Ça ressemble à une répétition, mais ce n’en est pas une » m’a dit mon maître ce midi. C’est vrai à chaque instant. Et je m’en vais avec ça dans le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire en tant qu'Ambassadrice/eur Propreté de Watermael-Boitsfort

Signaler un ou plusieurs dépôts